Rencontre avec Enzo Fittipaldi

Catching up with Enzo Fittipaldi

Bien qu'il porte un nom emblématique et soit un visage amical dans le paddock, nous ne connaissions pas grand-chose d'Enzo avant notre conversation avec lui au Grand Prix d'Italie à Monza. Nous l'avons rencontré samedi, avant sa troisième place dans la course principale le lendemain.

PF – Salut Enzo, comment vas-tu ?

EF – Très bien, et vous ?

PF – Nous sommes super merci ! Bon, allons-y… Comment décririez-vous cette saison en 3 mots ?

EF - Je dirais, en trois mots, euh… amusant. Apprendre, vous apprenez toujours. En fait, au lieu de amusant, je dirais excitant. Et enfin compétitif. Donc, passionnant, instructif et compétitif !

PF : Vous et votre frère Pietro suivez les traces de votre grand-père Emerson, comment ça se passe ? Cela doit être assez spécial de perpétuer son héritage et son nom dans la course aujourd’hui.

EF - Ouais, c'est plutôt cool tu sais. C'est un honneur de porter le nom Fittipaldi sur la piste. Mais aussi en fin de compte, je veux arriver en Formule 1 et je veux me faire un nom, c'est mon objectif ultime, donc je fais juste mon propre truc et je prends les mesures que je dois prendre.

PF - Nous l'avons vu avec vous dans le paddock et sur le mur des stands pendant que vous courez, pouvez-vous nous parler un peu de votre collaboration si étroite avec votre frère Pietro ?

EF – Travailler avec mon frère, c’est bien, nous avons une excellente relation. Nous essayons de nous entraider beaucoup et il a beaucoup plus d'expérience que moi donc j'essaie toujours d'apprendre de ce qu'il a à dire. Il y a toujours beaucoup à apprendre de personnes qui ont plus d'expérience et de connaissances. Mais oui, il m'aide juste pendant le week-end de course et me donne des conseils, il essaie toujours de trouver un moyen de m'aider. Être là à mes côtés est toujours incroyable !

PF - Avez-vous des rituels avant la course ? Écoutez-vous de la musique, avez-vous une routine spécifique ou faites-vous quelque chose pour vous mettre dans la zone ?

EF - Pas vraiment, je n'ai pas vraiment de rituel d'avant-course en tant que tel. Je pense que je fais quelque chose de différent à chaque fois que je monte dans la voiture.

PF - C'est assez intéressant, on dirait que la plupart des gens ont une sorte de routine ou de rituel...

EF – Je pense que je visualise beaucoup. Par exemple, avant les qualifications, je visualise toujours comment je veux que ça se passe et comment je veux que le tour se déroule. C'est quelque chose que je fais et qui m'aide à trouver un rythme, je dirais. Mais comme une routine structurée, je n’en ai pas.

PF – Y a-t-il des pilotes ou des athlètes qui vous inspirent ?

EF – Je le ferais. Senna a toujours été quelqu'un que j'ai toujours admiré depuis que je suis très jeune. Jim Clark, je l'admire beaucoup aussi, j'ai regardé beaucoup de vidéos de lui et je pense que c'était un pilote incroyable !

PF - Avez-vous des passions en dehors de la course automobile ? Que faites-vous pour vous détendre et vous amuser ?

EF - Pour se détendre je dirais le temps en famille. C'est tellement important pour moi. Je pense que la meilleure façon de me vider la tête est de passer du temps avec ma famille aux États-Unis. Oh, et aller à la pêche !

PF : Qu’est-ce qu’il y a sur votre liste de choses à faire ?

EF – Courez en Formule 1 un jour !!

PF – Y a-t-il quelque chose en dehors de la course ? Quelque chose de fou que tu veux faire ?

EF - Je vais probablement pêcher au Brésil avec mon père.

PF - Ah malade c'est vraiment cool…

PF - Vous voyagez évidemment beaucoup, quel est l'endroit que vous avez préféré visiter ?

EF : C'est un endroit vraiment incroyable où vit ma copine. Il y a un endroit qui s'appelle Yelapa, il faut traverser l'océan pour y accéder, il y a une petite jungle…

PF - Où donc est-ce que c'est ?

EF - C'est au Mexique ! Ouais, c'est vraiment cool parce que la seule façon d'arriver à cet endroit est en bateau depuis Puerto Vallarta. C'est génial de rencontrer les autochtones qui vivent là-bas et c'est vraiment un endroit vraiment magnifique.

PF - Qu'est-ce que le sport automobile vous a appris ? De grandes leçons de vie ou même de petites choses qui se sont glissées dans votre quotidien ?

EF - Je pense que lorsque vous vous concentrez sur quelque chose et que vous y allez vraiment, le travail acharné porte ses fruits et les choses commencent à se produire pour vous. Le monde du sport automobile est comme des montagnes russes : il y a une bonne semaine, puis une mauvaise. C'est un sport très difficile à pratiquer parce qu'il est extrêmement compétitif, mais c'est ce que j'aime dans ce sport. Alors oui, une chose que le sport automobile m'a certainement appris, ce sont les bases, le dévouement, la détermination et le fait d'essayer toujours d'apprendre quelque chose de nouveau, car cela peut être appliqué à tous les aspects de la vie. Chaque fois que je pars en piste, j'apprends quelque chose. Je pense que c'est quelque chose d'autre qui s'applique à la vie de tous les jours, on ne peut jamais arrêter d'apprendre, peu importe à quel point on pense être bon, il y a toujours plus à apprendre.

PF : Quel est le plan pour les prochains mois ? Après Monza, vous avez du temps à tuer avant Abu Dhabi. Que ferez-vous ?

EF - J'espère passer un bon week-end ici à Monza pour avoir quelques mois positifs avant Abu Dhabi. La prochaine course est longue, j'espère donc repartir de Monza avec le sourire ! J'irai probablement à certaines courses de Formule 1, comme Interlagos et Mexique. Et puis surtout, je m'entraîne, je reste en forme et je me prépare pour la dernière course. Je retournerai également aux États-Unis, chez moi en Caroline du Nord et passerai du temps à la maison avec ma famille.

PF – Quel est le meilleur conseil que vous ayez jamais reçu ?

EF - Si vous avez un objectif ou un rêve, foncez ! Ne laissez pas les choses vous distraire. Il peut y avoir des moments dans la vie où vous commencez à être distrait et c'est à ce moment-là que vous commencerez à perdre en performance. La course automobile est un monde dans lequel il faut être très concentré et très déterminé sur ce que l’on fait. Je pense qu’il ne faut pas se laisser distraire par de petites choses, il suffit de s’en tenir à cet objectif et d’y aller !

PF - Alors ne vous laissez pas distraire.

EF - ouais, ne vous laissez pas distraire et profitez-en. C'est aussi très important, profitez-en. L’un des meilleurs conseils qu’on m’a donné est que chaque fois que vous partez sur piste, conduisez comme si c’était la dernière fois que vous conduisiez. Alors faites de votre mieux et profitez-en autant que possible.

PF : Ça doit être assez difficile de ne pas se laisser distraire par des choses en dehors de la course, n'est-ce pas ?

EF – Ouais, ça peut être assez difficile. Même de petites choses, comme si vous allez à trop de fêtes ou si vous sortez tous les week-ends. Il est facile de perdre sa concentration. Chaque pilote est différent, mais il est très important de rester concentré et de continuer à poursuivre vos objectifs.

PF - C'est tellement intéressant pour nous que vous pratiquiez ce sport dès votre plus jeune âge, que vous viviez une vie si différente…

EF - Oui, c'est très différent, une enfance unique. Mais pour moi, je suppose que c'est assez normal parce que ma famille est une famille de sport automobile, donc j'ai grandi dans ce monde. Je ne connais vraiment rien d'autre que la course. C'est la vie!

Retour au blog